Mon patron est un con

Mon patron est un con, je veux dire, au premier sens du terme, je ne vous aurais pas dérangé pour rien; et ce n’est pas parce qu’il touche en un mois ce que je gagne en un an qu’il ne mérite pas la vérité.
Appelons un chat un chat, et, pour le coup, un con un con ! Ce n’est pas le type le plus méchant du monde, ok, à y regarder de plus près, il n’est pas répugnant non plus, mais con pour dix, con comme on n’en fait plus, ca incontestablement …

Vous savez, le genre de type qui demande, le sourire jusqu’aux oreilles, si tu « prends ton après-midi » à chaque fois que tu quittes le bureau avant 20h. Le genre de type qui envoie un mail inutile au possible à 22h pour que tu saches que, précisément, il est encore le cul vissé à sa chaise de bureau à 22h, lui… en même temps, en jetant un coup d’oeil sur la photo de sa femme punaisée au mur, on peut comprendre qu’il ne soit pas pressé de rentrer au bercail …

Pourtant, j’ai cherché, et consciencieusement en plus (vous me connaissez !) : je ne lui trouve aucune qualité. Alors que moi, je suis professionnel moi, organisé, et rigoureux comme personne moi … à y regarder de plus près, je ne me trouve, tout compte fait, aucun défaut majeur… quoique, à la limite, un peu trop perfectionniste parfois je le concède ! Mais pourquoi c’est lui le patron alors, me direz-vous ? Et bien, je me suis posé la question figurez-vous : tout simplement parce que son patron à lui est encore plus con et qu’entre cons, on se reconnaît, entre cons, on se comprend, même qu’on met des cravates dégueulasses en signe de reconnaissance !

Si au moins il me payait correctement, j’aurais de quoi boire pour oublier sa tronche et sa veste en velours côtelé mais vous comprenez « en ce moment …. bla bla bla … la crise … si je le pouvais, soyez sûr que je le ferais » … En attendant, la seule chose dont je suis sûr justement, c’est que la crise, elle a pas franchement calmé son appétit pour les restos prospection-clients-et-mon-cul-c’est-du-poulet qu’il s’envoie derrière la cravate un midi sur deux !

« La vitesse du patron est celle de l’équipe » – Lee Iaccoca. Il ne connaissait pas mon patron à priori …

Bon lundi !

P.S : Dans un souci absolu d’honnêteté intellectuelle, je ne saurais trop vous conseiller de forwarder immédiatement ce mail au vôtre de patron … avec un peu de chance, il lit lui aussi La Connerie Du Lundi et appréciera le geste …

Laisser un commentaire