Tu ne mentiras pas

« Tu ne mentiras pas. » Il est marrant Moïse, forcément à son époque, c’était pas compliqué, il suffisait d’avouer que tu avais « oublié » de rendre la chèvre de ton voisin ou que c’était bien toi qui avait lancé la chenille au temple la semaine d’avant et tu avais l’esprit tranquille. Seulement voilà, depuis, ce n’est plus franchement la même limonade ! La tentation est partout et rien n’est fait pour nous aider à respecter le fameux commandement. Tour d’horizon :

– le mensonge classique : vous savez celui qu’on est obligé de faire sous peine d’être immédiatement catalogué par nos proches : « Promis, demain j’arrête de boire ! », « Bien sûr que je donne au Téléthon », « Non, là, c’est parce que j’ai bu et qu’on est en fin de soirée, mais j’ai complètement arrêter de fumer, je te jure ! ».

– le mensonge inévitable : vous le connaissez par cœur, celui-là, c’est le mensonge rentable, il ne demande pas beaucoup d’effort, alors que la vérité, elle, coûterait beaucoup, beaucoup plus cher : « Tu trouves pas que j’ai grossi ? », « Elle est bonne la tarte au citron de Mamie, non ? ».

– le pousse-à-la-faute : bien plus vicieux, celui-là, crois moi Moïse. Dans ces situations-là, la société elle-même semble te tendre un piège, et le temps que tu te le réalises, il est déjà bien trop tard, ton âme tout entière est déjà embarquée sur la pente glissante du mensonge : « Je certifie avoir l’âge légal pour entrer sur ce site … », pire encore, « J’ai lu et j’accepte les conditions générales de vente (NDLR : comme détaillé sur le site du magasin dans un fichier de 142 pages en arial police 6,5 rédigé en anglais)».

« L’homme qui ne ment qu’aux femmes n’est pas un véritable menteur : il est en état de légitime défense.  – André Birabeau ». Voilà qui devrait plaire à nos lectrices André !

Bon lundi !

Laisser un commentaire